Le 1er avril, c'était mon anniversaire (oui en ce moment, y a pas mal d'anniversaires, qu'est ce que j'y peux?). Pénélope m'a offert le nouvel album des Stooges, et je n'ai pas osé lui dire que je l'avais déjà, parce que je l'avais acheté le jour de sa sortie. Parce que Iggy Pop, c'est un peu mon héros en fait. C'est à la limite du banal, d'avoir Iggy Pop comme héros, mais mieux vaut lui, plutôt que (je ne sais pas moi) Hervé Villard ou Sacha Distel. Ou Mike Brant.

En guise de pré-anniversaire, Pénélope et Andy ont décidé de m'emmener à une soirée où il y avait quelques personnes du lycée, le samedi soir. C'était une soirée assez étrange. La plupart des gens avaient ramené leurs potes. L'appart était bondé, et un mec refusait que l'on s'approche de la chaine à IPod pour changer la musique : "Naaaan moi je veux écouter DJ Shadow!" Alors, oui, DJ Shadow, c'est underground, c'est même assez classe, mais au bout d'un moment, le DJ Shadow, il nous a couru sur le haricot un peu.
Je veux dire, du DJ Shadow toute la soirée, ok, mais seulement si on est dans un film comme Trainspotting. Mais là, c'était pas non plus trop l'ambiance.
Voilà l'argumentaire que je lui ai tenu. Il faut avouer, ça se tient. Mais lui, il a juste répondu : "Ta gueule."
Sympa quoi.
Andy, dont le courage s'est particulièrement développé depuis quelques temps, a commencé à me défendre "Vas-y làààà, tu lui parles pas comme ça, c'est pas du respect làààà". Redoutant la baston, j'ai préféré prendre Andy par la manche de son pull et l'emmener s'asseoir pendant qu'il vitupérait tout seul : "Vas-y lààààà, quel gros con ce mec, nan mais quel gros con, il faut que j'aille chercher à boire."
Quand il revient, Pénélope lui a pris sa place pour discuter de qui est devenu quoi, qui a fait quoi, bref les bon gros potins bien agréables à entendre.
Et puis, au moment où ce brave Andy allait me chercher une bière, la musique se coupe et on commence à entendre My Hump des Black Eyed Peas. Le fan de Dj Shadow était parti aux toilettes, et une fille en avait lachement profité. Pénélope et moi on commence à bouger la tête, genre wahou trop l'éclate. Le mec se ramène même pas énervé, en criant : "Ca chuis sûr, c'est un coup à Emilie, ahaha, sacrée elle!" Et bam, il nous remet sa musique. Relou le mec.

C'est là qu'Andy fait une chose très bête, pour ne pas changer. Il va le voir et lui dit: "Ecoute, heu c'est chiant, tu vas nous la virer ta musique oui?" Sauf que son "Oui?" se barre violemment en sucette, genre un "Oui?" menaçant. Genre si tu fais pas kesske chte dit, ça va grave chier des bulles. Là, l'homme le prend par le bras et le serre en disant : "Ecoute, ici, c'est chez moi (ah ok, je savais pas) je mets la musique que je veux." Et là, que me prend-il? Je me dirige vers lui en criant : "Té, bonjour l'ambiance tu vas le lâcher oui?" , avec un "oui?" qui se barre méchamment en sucette, et je lui rentre dans le chou. Ca m'a pris comme ça. Je ne sais même pas pourquoi je l'ai poussé. En tout cas, on a dû se dépécher pour sortir de chez lui. Le temps qu'il se relève et qu'il nous gueule d'aller nous faire foutre. Comme dirait Nietzsche : "Sacrée soirée!"

On a marché un peu en buvant le jus de pomme que Pénélope a réussi à choper dans l'appart du mec, on s'est assis sur un banc, et on a parlé, pendant une heure. Et c'était bien. Pénélope était blottie contre moi, alors que j'étais blottie contre Andy. Quand Pénélope a commencé à remplacer tous les mots qu'elle disait par d'autres tellement elle était fatiguée, elle a commencé à râler pour qu'on bouge. Et puis, Andy et moi on s'est mis à gambader dans la rue, avant qu'il ne marche en me tenant blottie contre lui. Il a commencé à me refaire le coup du "Tu es mon Caprice à Deux, Caprice des dieux", mais Pénélope l'a coupé en lui disant : "Arrête, je crois pas que Geneviêve soit d'accord" Là, ça l'a arrété net, comme si on l'avait mis sur pause, comme si on avait trouvé son bouton Off. "De quoi? De quoi tu parles?" J'embraye forcément sur un "C'est qui Geneviêve?"
Réponse d'Andy : "Mais personne! arrête tes conneries Pénélope, achète toi un cerveau."
Réponse de Pénélope : "Arrête, c'est une fille qu'Andy a pécho en boîte."
Andy : "Oui, mais c'est Pénélope qui l'avais ramenée. Et ça ne s'est produit que deux fois! Genre attends Djiou, j'étais bourré..."
Pénélope : "Putain mais t'es gogol ou quoi? Elle a trop flashé sur toi, bon sang d'bois!"
Je les ai laissés là, parce que, sans blague, me faire un scène pareille la nuit d'avant mon anniversaire, c'était pas cool.

Le lendemain, Pénélope a été la première à s'excuser. Elle m'a téléphonée, et m'a dit que depuis que j'étais far far away, elle était toute triste, et qu'elle était un peu jalouse de mes nouveaux potes, qu'on était plus le club des trois, comme dans les bouquins d'Enid Blyton. J'ai pas osé lui dire qu'ils étaient 5 et qu'il y avait quand même une fille qui s'appelait Claude, ce qui m'avait toujours choqué, vu que le cousin de ma mère s'appelle Claude, qu'il a un triple menton et des rouflaquettes telles que personne n'en a jamais vu. Je lui ai dit, c'est bon, c'est bon, arrête de chouiner, mais arrête aussi d'être un méga boulet tel ton être hier, parce que ça va pas passer aussi facilement que cette fois sinon.
Et puis, Andy m'a lui aussi appelé pour m'expliquer l'affaire Geneviêve, mais je lui ai répondu que sans blague, on était ni ensemble, ni mariés, ni pacsés, qu'il faisait ce qu'il voulait. Il y a eu un gros blanc, il a fait un gros soupir, et il m'a dit : "T'façons, Geneviêve, c'est comme Olga. Elles seront jamais mon Caprice à deux, Caprice des Dieux." J'ai dit "mouais mrrrfffff", mais finalement, cette phrase, c'était comme son cadeau d'anniversaire. Non je déconne, il m'a offert un DVD quand même.

Ah ouais, y a aussi un truc de fou qui se passe dans ma vie. Je n'arrête pas d'écouter du rap, celui de The Streets, c'est grave docteur?
Et puis mercredi, j'ai regardé Nouvelle Star, et je me disais "oh mein Gott, ils ont aucune imagination, nan mais comment elle est fringuée celle là encore, et pi c'est tout caca pourri ce qu'ils nous chantent. Entre l'autre qui nous fait Anaïs comme si c'était Anaïs qui chantait, et celui qui nous fait une sorte de Gnarls Barkley R'n'B guimauve qui endort plus rapidement qu'un Actifed Nuit..."
Quand soudain, une espèce de mec avec une barrette dans les cheveux intitulé Julien nous offre un Like a Virgin version jazzy disjonctée à grosse tendance schizophrène d'une perfection rarement (voire jamais) vue dans ce genre de programme. J'en étais comme deux ronds de flan, à me demander si j'allais applaudir toute seule devant ma télé, comme une gamine devant Guignol.
Merde. Me voilà aux confins du non-underground. C'est quoi le prochain stade? J'écoute Diam's en duo avec Amel Bent?

(mot clé menant à mon blog du jour : cucu qui pu)