Oui il y a des rappeurs à casquettes que j'aime, et alors? J'ai même envie de hurler "graougraoumaïkeskinner, pourquoi tu ne ramène pas ton derrière dans cette ville où j'étudie, histoire de faire un concert, heiiin?" C'est te dire.
En plus, la chanson de la vidéo précédente me sort par les oreilles tellement je l'ai écoutée.

J'arrive pas à croire que j'ai oublié de vous raconter LE moment fort de mes vacances en Bretagne. Il s'était arrété de pleuvoir, et il faisait (presque) soleil. J'étais donc descendue sur la plage avec Anne, quand soudain, un nain de six ans et demi jette son ballon qui m'atterrit avec  la violence d'un missile sur la tempe (et même un ballon en plastoque Nemo, ça fait mal tant à l'ego qu'à la tête). Sa mère accourt : "Ca va vous avez rien?" Et là, Dieu seul sait pourquoi (ou bien peut-être n'a-t-il pas bien compris, Lui non plus) Anne nous effectue un craquage de slip digne de la fête du slip, et elle hurle : "Ouais tout va bien, sauf que votre gosse l'a à moitié assommée avec son ballon en plastoque!" Tout de suite la dame s'enflamme : "Mais c'est pas vrai! Me gueulez pas dessus, c'est pas du respect, et gnagnagna"
Anne : "Vous croyiez qu'on allait vous accueillir avec des bisous peut être? On vous respecterait si vous éleviez bien vos enfants." et blablabla, et vas-y que je te hurle dessus avec ma voix de clopeuse que tu es une mauvaise mère et que les touristes savent jamais se tenir.
Je me suis sentie génée ô combien. Quand la mère et son fils se sont éloignés, j'ai fait à Anne : "T'sais, c'est pas grave, c'est qu'un gosse, donc par définition, il a encore du mal avec les mouvements simples, comme : viser."
Elle m'a juste répondu : "J'aime pas les gosses."
Violent.

Sinon, Mercredi, je suis allée fêter les 20 ans de Denise qui habite à Brest (la Bretagne me poursuit). Il y avait Jivé, Suzanna, Ralph (copain de Denise) et quelques sympas du TD, mais pas beaucoup, parce que tout le monde est en vacances dans des endroits exotiques (comprendre par là : plus exotique que la Bretagne, qui certes comporte sa faune qu'on ne voit pas chez nous (bulots, bigorneaux, menhirs-ah non ca c'est la flore) mais qui en revanche, n'a pas le soleil que l'on voit chez nous.). Elle avait ramené quelques potes à elle, de son lycée. Mais ils sont restés entre eux, un peu. Du moins jusqu'à ce qu'ils soient ivres et qu'ils se mettent à vouloir pécho. J'ai eu une discussion très philosophiques avec Jivé sur l'origine du monde. Extraits :
Moi : "Mais enfin, t'sais bien que les bébés ça naît dans les choux."
Lui : "Mais nan, seulement les garçons, les filles, ça nait dans les roses."
Moi : "Ah bon?"
Lui : "Ouais, c'est pour ça qu'on pue de la gueule."
Après, on a dansé un peu, et comme tu ne t'en doutes pas le moins du monde, on s'est embrassés. Parce que quand même, Jivé, il est beau et drôle, même s'il a un fort potentiel relou et des chaussres vernies. Je pense que ça signifie qu'on est plus ou moins ensemble, parce qu'il a dit très fort : "Ah bah quand même, tu t'es décidée!" ce que je n'ai pas trouvé très classieux. Après on s'est assis sur le canapé, et Denise s'est ramenée en hurlant : "Ah ben enfin, vous vous êtres décidés !" Pourquoi tout le monde est relou comme ça, je me suis demandée. Mais j'ai stoppée ce monologue intérieur (comme Virginia Woolf) quand Denise a de nouveau hurlé : "Allez, et maintenant, on sort." Et on est tous allés se taper une bière dans un bar. Et là, Suzanna, qui me semblait bien saoule après trois bières et tout le Passoa qu'elle avait bu avant, me fait en postillonant sur le ton de la confidence (alors qu'elle parlait méga fort pour couvrir la musique) : "Nan mais t'sais Jivé il m'avait dit un jour qu'il voulait être avec toi, mais lui dit pas qu'c'est moi qui t'l'ai dit."
"C'était quand?"
"Ohlala, mais au début de l'année, vers fêvrier par là"
Wow.
Je me dis qu'en attendant la rentrée, j'aurais le temps de m'y faire. J'espère que ça le fera plus qu'avec Stiveune, ce naze (je devrais déjà avoir oublié son nom, mais, c'est un peu comme la formule du périmètre d'un cercle, des fois ça ressurgit de notre mémoire, on ne sait pas trop par quel miracle)

Je réfléchis très fort à un nouveau titre, mais j'arrive pas à trouver quelque chose de bien pour le moment. Rrha.