Hier, cétait la fête à Andy chez sa tante dans les Yvelines. Il l'a faite là bas, parce qu'elle a une super grande maison, et que certaines personnes devaient y dormir. Dont moi. Sauf que je n'étais pas au courant. Donc je n'avais pas pris ma brosse à dents, ni quoi que ce soit.
Cette maison était vraiment immense. On a réussi à tenir tous dans le salon, et à avoir assez de place pour danser. Bon bien sûr, il y avait Olga, qui ne me porte plus du tout dans son coeur maintenant. Alors dès qu'Andy se rapprochait de moi sur la piste de danse, elle le prenait par la main pour l'emmener autre part. Une seule solution, squatter la table des boissons avec Djordje et Pénélope (rebaptisée La Tableglouglou par cette dernière, mais elle avait déjà pas mal bu). Quelques Daïkiri plus tard, j'ai entendu Sean Paul faire son "Oh Shana Pôle" (ce qui signifie qu'il va chanter sous peu) et j'ai commencé à entamer un semblant de déhenchemant Djeniferlopezesque (que je réussis plutôt mal). C'est là qu'Andy s'est collé à moi et a dit: "Djioudith, I kaïffe you" (c'est pas sa faute, il n'était plus maître de lui même: son haleine sentait la vodka). Je lui ai fait un grand sourire et j'ai fait comme s'il m'avait rien dit. Mais il m'a pris par la main et a déclaré avec un air de conspirateur: "Faut que j'te montre ketchose."
Ah.
Il semblait que le moment que j'attends depuis, hum, au moins huit mois se présentait.
MAIS, Olga, qui avait fait une petite pause remise de string en place est revenue et l'a pris par l'autre main pour faire la fin de Sean Paul. Cette fille danse vraiment comme Britney Spears. Mais lui, il restait là, sans bouger, au milieu de la piste (il devait vraiment être imbibé) et il lui a déclaré: "Tu me saoules, mais à un point..."

On a fini la fête en dansant tous, mais Andy avait disparu, et Olga n'a fait que de le chercher des yeux. Il n'est réapparu que vers la fin, pour dire que, allez hop, on allait dormir. C'est là que Pénélope a hurlé: "Comment on fait avec Judith et Djordje? On n'a pas de sac de couchage?"
Finalement, j'ai squatté le sac d'Andy, et lui il a dormi à côté sans sac. (Ah! Quel homme!) Au final, on a dormi côte à côte, serrés comme des pingouins un jour de gel.

Et le lendemain, il m'a proposé d'aller chercher du pain à la boulangerie à vélo. (je ne sais pas pourquoi, j'ai fait la maline en sortantt un "Et comme dirait Goethe: Mon coeur battait, Vite! à vélo!")
Dans le train, quand je suis repartie, je me suis demandée si sa déclaration avait un sens ou non. D'après Pénélope, son coeur brûle littéralement d'un amour véritable, sincère et pur à mon égard, un peu comme celui que ressent Oz pour Willow dans Buffy contre les vampires, ou encore Jéro à Lola dans Un Do Tres. Je suis très sceptique.